Violence à l’égard des enfants en Corée du Nord.
Les enfants sont systématiquement exploités et négligés à tous les niveaux de la société Nord-Coréenne. Le concept d’abus sur mineur ou de droits de l’enfant n’existe pas en Corée du Nord et cette culture de violence permanente a des effets désastreux et irréversibles sur ces enfants.

‘’Si le baton se rompait , l’écolier battu devait lui-même aller chercher un nouveau baton’’  – Kim Hye-Sook

La Violence Physique.

La moitié des personnes interrogées par PSCORE ont été victime d’abus sur mineur et 85% d’entre eux ont été victime de violence physique.
Définition de la violence physique par l'OMS
La violence physique à l’encontre d’un enfant est défini par l’emploi de la force contre un enfant de manière intentionnelle. La violence physique inclut mais ne se limite pas à cogner ou battre un enfant.

Lieux ou les enfants sont susceptibles d’être victime de violence en Corée du Nord.

La Maison.

La sphère privée est bien souvent le théâtre de violences à l’encontre des enfants en Corée du Nord. De nombreux déserteurs Nord-Coréens ont confirmés qu’il était parfaitement acceptable pour des parents de battre leurs enfants. Il s’agirait d’une pratique courante.

Les témoignages de déserteurs nous apprend également que le degré de violence infligé aux enfants dépend d’un foyer à l’autre. Les sondages indiquent que 52% des participants considéré comme appartenant a une classe sociale plus basse ont été victimes d’abus sur mineur tandis que seulement 25% des participants faisant partie d’une classe sociale élevée aurait été abusé physiquement par leurs parents.

Il y aurait également une différentiation de l’usage de la violence selon le genre des participants. En effet 47% des hommes ayant répondu à notre enquête ont reporté avoir été victime d’abus sur mineur contre 40% de femmes.

(Illustration de Dominic Bugatto)
(Illustration de Dominic Bugatto)

L’école.

La violence semble également parfaitement acceptée à l’école. Les châtiments corporels sont monnaie courante et font partie du quotidien des élèves Nord-Coréens.

Etablissements Publiques.

Les perpétrateurs de ces violences faites aux mineurs ne sont , dans la très grande majorité des cas, jamais punis. Cette violence systémique peut être même institutionnalisée. Une histoire absolument horrible nous a été relaté par le père d’une de ces victimes. Notre témoin raconte qu’en Aout 2011 des agents du Ministère de la sécurité de l’état – connue aussi comme la police secrète en Corée du Nord- ont arrêté son fils pour avoir regardé des films sud-coréens. Son fils fut alors détenu puis torturé. ‘’ Son talon gauche était brisé et son visage était couvert de bleus, il était complètement défiguré.’’ Et pour libéré leur fils, ces parents ont du donner de l’argent à des agents du ministère afin que leur enfant puisse être libéré. Malheureusement le jeune homme mourut quelques jours plus tard à la suite d’une hémorragie cérébrale causé par la torture qu’il avait subi lors de son emprisonnement.

‘’Tes mains sont attachés derrière ton dos.  Et puis après ils te pendent afin que tu ne puisses pas t’asseoir ou te tenir debout.’’-Jeong Kwang-Il

Les camps d’internement pour prisonniers politiques.
Les Orphelinats.

L’état est coupable d’avoir enlevé des dissidents politiques et de les avoirs enfermés  dans ces camps qui officiellement n’existent pas. Des familles entières ont disparu ainsi. Les enfants compris.

Les purges politiques, idéologiques ou économiques peuvent toucher jusqu’au descendants de 3eme génération d’une personne jugée comme criminel par l’Etat.

Une de nos témoins raconte qu’elle avait seulement 13 ans lors de son arrestation alors qu’elle rentrait tout simplement de l’école. Sa famille entière fut également arrêté sans qu’aucune raison leur soit communiqué. Pire encore, il leurs a été fait comprendre que si ils posaient trop de questions sur la raison de leurs arrestations ou si ils parlaient à d’autres prisonniers ils seraient alors exécutés.

Le témoin est resté 28 ans dans cette prison et n’a jamais su pourquoi jusqu’à sa sortie. Elle a alors découvert que son grand-père avait fui pour la Corée du Sud  lors de la guerre de Corée (1950-1953) et que c’était la raison pour laquelle sa famille entière avait été arrêté.

Les associations humanitaires n’ont pas accès a ces facilités mais le comité de L’information des Nations unies a collecté les témoignages de déserteurs Nord-Coréens.

Une petite fille fut arrêté et envoyé contre son gré dans un établissement pour les enfants vivant dans la rue. A son arrivée on lui ordonna de se tenir debout sur une chaise et elle fut immédiatement battue avec une ceinture en cuir.

Ses enfants ne souffrent pas seulement de malnutrition dans ces établissements mais ils sont également forcés de rester assis toute la journée et ne peuvent aller dehors qu’une fois par semaine afin de vider les toilettes.

Ces enfants sont également exploités puisque on les forces a travailler dans les champs aux heures ou ils seraient censés aller à l’école. De nombreux témoignages de déserteurs nous apprend qu’il est commun de voir des enfants travailler au champ même si s’agit pourtant d’un travail très physique et éreintant. Ces enfants sont bien souvent battus si ils sont incapables de compléter la tache qu’on leur avait confié.

Les Abus Sexuels.

Les enfants Nord-coréens, particulièrement les petites filles, courent bien souvent le risque d’être abusé sexuellement. 25,6% des réfugiés Nord-Coréens ont été abusé sexuellement. 43,9% d’entre eux ont connu un ou plusieurs autres types d’abus(Physique, économique ou émotionnel)
Définition d'un abus sexuel par l'OMS

Un abus sexuel sur un enfant est un acte sexuel forcé sur un enfant; un acte sexuel qui ne peut pas être compris pleinement par l’enfant ou que l’enfant soit trop jeune pour y être préparé. Les abus sexuels peuvent être commis par des adultes ou par d’autres enfants.

Les Différentes Sortes d’Abus Sexuels

Les Attouchement Sexuels
Les Viols

Ce type d’abus est le plus commun en Corée du Nord. Il s’agit de toucher un enfant de manière sexuelle et inapproprié.

Le viol est fréquent en Corée du Nord. Bien souvent les enfants sont trop jeunes pour comprendre ce qu’il se passe. Les victimes de viols et d’autres formes d’abus sexuels ne reportent généralement pas le crime dont ils ont été victimes. Par conséquent peu d’agresseurs sexuels sont punis pour leurs crimes.

L' Histoire de Se-Jin

Lorsque Se-Jin avait 10 ans elle est resté chez un homme pendant un peu près 1 mois. Cet Homme touchait souvent son corps lorsqu’elle était endormie. Au départ il ne faisait que la toucher mais plus tard il commença a prendre les mains de Se-Jin et a les frotter contre son corps. Se-Jin se rappelle encore de ses moments très clairement. Au moment des faits elle se sentait confuse et honteuse. Elle n’aimait pas ses sensations et cela lui donnait la chair de poule mais elle ne comprenait pas pourquoi elle se sentait ainsi et pourquoi cet homme se comportait de cette manière avec elle.

‘’Je jouais avec ma poupée lorsqu’il m’a dit qu’il voulait jouer à un nouveau jeu. Je me rappelle juste avoir pensé que c’était douloureux et que je n’aimais pas ça. Il m’a dit ‘’ Ne t’inquiète pas , on n’a qu’a compter ensemble, plus que 10, 9, 8…’’(…) Je continuais de pleurer et j’expliquais que je ne l’aimais pas mais mes parents n’ont pas compris ce qu’il m’était arrivé. Après m’avoir laissé 3 fois en sa compagnie, ils ont décidé de m’éloigner de lui.’’  

Réfugiée Nord Coréenne ( a fui en 2014 )

Lieux ou les enfants sont susceptibles d’être victimes d’abus sexuels

Son propre domicile ou la maison d’un proche sont les endroits ou les enfants sont le plus à risques d’être victimes de violence sexuelles.

Mais l’école peut aussi être un endroit dangereux et hostile ou certains enfants peuvent être victime de différents types d’abus dont sexuel. Les professeurs sont bien souvent les coupables des crimes de cette nature.

L'Histoire de Kim Ji-Young

Ji-Young, une réfugiée Nord-Coréenne, a raconté son histoire à PSCORE. une nuit lorsqu’elle avait 7 ans et qu’elle dormait entourée des nombreuses personnes séjournant dans sa maison elle se réveilla à cause d’une sensation étrange. Sa main se trouvait sous le pantalon d’un des invités,un des cousins de sa mère. Ji-Young ne comprenait pas bien ce qui lui arrivait car elle n’avait que 7 ans. Cependant elle se rappelle de cette sensation horrible comme si c’était hier. A ce moment là elle fit juste semblant de rester endormie et fit de son mieux pour éviter son agresseur le jour suivant.

Un an plus tard Ji-young avait 8 ans et séjournait chez des membres de sa famille. Il était normal dans cette maison que 5 personnes ou plus partageaient la même pièce pour dormir. Ji-young n’aimait pas du tout cette maison et passait beaucoup de temps à pleurer. Une nuit alors qu’elle pleurait dans son lit elle sentit quelqu’un lui monter dessus. Elle sentit des mains toucher sa peau sous ses vêtements mais elle avait bien trop peur pour ouvrir les yeux. Tout le monde dormait et la femme de l’agresseur se trouvait juste à coté d’eux. Ji-Young ne voulait pas les réveiller, elle avait peur que même si ils se réveillaient ils ne feraient rien. Ji-Young ne pensait pas qu’ils l’aideraient. Doucement elle tourna son corps sur le coté comme si elle bougeait dans son sommeil et l’homme retourna à sa place en silence. Ji Young  avait très peur et était complètement dévasté mais elle ne voulait pas que les autres le sache alors elle fit de son mieux pour calmer ses pleurs.

Lorsqu’elle avait 17 ans et était plus grande et plus mature les agressions sexuelles sont devenues de plus en plus fréquentes. Parfois il s’agissait des amis de son oncle, parfois des amis de son père, parfois des amis de sa tante ect… Ils touchaient Ji-Young de manière inapproprié ou mettaient sa main sous leurs pantalons. Elle se réveillait toujours lorsque cela arrivait mais ne disait jamais rien. Les agresseurs passaient la journée dans sa maison et elle n’avait pas d’autre choix que des les voir et de passer du temps avec eux.

Un jour un de ses oncles qui s’était défoncé avec une drogue appelé ‘’pingdu’’ l’a agressé. Et pour la première fois de sa vie Ji Young a résisté de toutes ses forces et l’a repoussé. Toute la colère qu’elle avait enfermé au plus profond d’elle était sortie et elle se mit a crier sur son oncle en lui demandant des explications. Son oncle était toujours défoncé mais en voyant son visage plein de larmes il décida de lui faire des excuses. Mais Ji-Young en avait assez. Elle raconta à sa belle mère ce que son oncle lui avait fait et celle-ci lui assura que le père de Ji-Young le punirait.Pourtant plus tard ce jour là le père et l’oncle de Ji-Young rentrèrent a la maison en riant. L’oncle n’avait pas été puni. Ji-Young n’a jamais su si c’était sa belle mère qui avait choisi de ne pas en parler à son père ou si son père avait tout simplement choisi d’ignorer ce qu’il s’était passé. Mais Ji-Young sentait qu’elle n’était pas protéger par son entourage.

Après ce jour là son Oncle devint de plus en plus violent. Il frappa Ji-Young parce qu’elle ne lui avait pas servi son repas correctement et commença à la battre constamment. Un jour alors que son oncle essaya de la frapper une nouvelle fois Ji-Young partit de la maison sans rien emporter. Ce jour là Ji-Young quitta la Corée du Nord.

Plus de 10 ans se sont passés depuis le depart de Ji-Young mais elle se rappelle de chaque détails et de ses agressions comme si c’était hier. Beaucoup de gens lui disent qu’elle est chanceuse de ne pas avoir été violée, mais peut on vraiment parler de chance dans ce genre d’histoire ?

L'Histoire de So-Hee

Lorsque So-Hee avait 16 ans elle et ses proches sont allés visiter de la famille et sont rester chez eux un petit moment. Deux des cousins de So-Hee restaient donc dans cette maison. L’agression arriva lorsque tout le monde dormait dans la même pièce. Le plus vieux des deux cousins qui dormait a coté d’elle l’a pris dans ses bras. Bien que cette action l’avait réveiller So-Hee pensait que son cousin était toujours endormi et l’avait pris dans ses bras dans son sommeil par inadvertance mais soudainement elle sentit sa main se glisser sous son pantalon. So-hee se leva immédiatement et alla se coucher entre ses parents. Elle était si dégoutée qu’elle n’arriva pas à dormir cette nuit-là. Le lendemain son cousin lui dit bonjour en souriant et fit comme si de rien n’était.

Une autre nuit So-Hee se réveilla dans les bras de son autre cousin et pouvait sentir son pénis contre son corps. Lorsqu’elle se retourna, son cousin lui fit un sourire qui lui donna la chair de poule.

La raison qui poussa So-Hee a partir en Chine en 2014 était que son petit copain de l’époque avait essayé de coucher avec elle sans son consentement. So-Hee ne savait pas exactement comment le processus de reproduction marchait puisque on ne lui avait jamais enseigné. Elle avait peur de tomber enceinte a cause d’un simple contact intime. Cette honte et cette peur autour du sexe avant le mariage l’ont pousser à fuir pour la Chine.

Lorsqu’elle était adolescente So-Hee a vu plusieurs fois le professeur de Gym toucher certaines de ses élèves. Elle se rappelle de lui touchant les seins et les fesses de ses camarades pendant les cours. Il n’y avait aucun moyen pour So-Hee et ses camarades d’échapper à ce professeur.

Le proviseur lançait souvent des remarques à certaines élèves comme ‘’pourquoi tes fesses sont-elles si grosses ?’’ ou  ‘’Tes seins ont bien grossis ‘’. Les étudiantes étaient si habituées a ce genre de commentaires et de comportements qu’elles se sentaient juste un peu embarrassées mais ne se rendaient pas compte de la gravité de la situation. Ce n’est qu’en arrivant en Corée du Sud que So-Hee se rendit compte que le comportement de cet homme était inapproprié.

De plus de nombreuses sources révèlent que le harcèlement de rue est très commun et très violent en Corée du Nord. Ces harcèlements et abus sexuels sont généralement commis par les soldats. Malgré le fait qu’un soldat puisse être renvoyé chez lui avant de finir son service militaire et de ne jamais avoir la chance de travailler pour le parti si il est reconnu coupable de viol la plupart des abus sexuels et viols ne sont jamais reportés et ces soldats restent pour la plupart impunis.

Afin de pouvoir survivre de nombreux Nord-Coréens sont forcés  de faire du troc , quelque chose de complètement illégale sans l’accord du gouvernement. Si ils sont découverts ils sont alors a la merci des authorités et sont souvent victimes d’abus sexuels mais sont incapable de dénoncer le crime dont ils été victimes sans être eux mêmes arrêtés et devoir faire face a de très sérieuses conséquences.

L'histoire de Eun-Young

Eun Young a commencé le troc lorsqu’elle avait 14 ans afin d’aider sa famille a joindre les deux bouts. Afin de transporter des biens pour pouvoir les troquer Eun-Young devait prendre des bus bien souvent complètement bondés. Et dans ses bus de nombreux hommes en profitaient pour lui toucher la poitrine ou les fesses. Cela arrivait quotidiennement et Eun-young était encore une enfant mais cela importait peu à ces hommes. Eun-Young essayait toujours de se dégager ou d’éviter leurs mains mais cela était difficile car quand les hommes l’a touchaient ils l’a regardaient dans les yeux pour l’intimider et l’empêcher de dire quoi que ce soit. C’était aux femmes de tourner la tête pleine de honte et d’éviter le regard des hommes.

Ce genre d’agression ne se limitait pas aux bus. Avant de pouvoir arriver à sa destination Eun-Young devait passer par de nombreux contrôles de sécurité ou les gardes en profitaient souvent pour la toucher de manière inapproprié lorsqu’ils vérifiaient qu’elle n’avait rien d’illégal sur elle. Il était bien plus important de passer cette inspection que de s’inquiéter d’une potentielle agression sexuelle. Aucune femme ne se plaignait d’être touchée lors de ces inspections. Elles ne pouvaient pas.

Parfois Eun-Young prenait le train plutôt que le bus pour transporter tout ses biens mais le train s’arrêtait constamment notamment à cause des coupures d’électricités. Lorsque le train s’arrêtait tout le monde était plongé dans le noir et les hommes en profitaient pour pouvoir toucher les femmes de manière inapproprié. C’est comme si ils attendaient tous cette coupure pour enfin pouvoir agresser leurs victimes.

Cela ne servait a rien de se plaindre ou de demander de l’aide. Tout ce que Eun-Young et les autres filles pouvaient faire c’était de se cacher dans un coin en espérant que personne ne viendrait les voir.

Parfois le train s’arrêtait pendant de très long moments alors tout le monde se dirigeait vers un refuge et partageait une grande pièce peu importe leurs genres ou leurs ages. Beaucoup de choses pouvaient arriver dans ce genre de chambre remplis d’étrangers dormant l’un à coté de l’autre. Si le train s’était arrêter à cause d’une coupure de courant alors le refuge était lui aussi complètement plongé dans le noir et il était impossible de voir qui était allongé à coté de soi.

Un jour un homme s’allongea sur la femme endormie a coté d’Eun-Young, il posa sa main sur sa bouche et lui dit qu’il la tuerait si elle faisait le moindre bruit. Eun Young l’avait entendu car elle se trouvait juste à coté d’eux. Elle pouvait entendre le frottement des vêtements et des corps. La femme ne fit aucun bruit. Et lorsque tout s’arrêta l’homme partit se rallonger à sa place comme si de rien n’était. La seule raison pour laquelle l’homme n’avait pas choisi Eun-Young était le simple fait qu’elle voyageait avec sa tante. Ce genre d’agression étaient très banale et fréquente en particulier sur les femmes non-accompagnées. La tante d’Eun-Young lui murmura ‘’Si ça ne t’arrive pas à toi alors ne te mêle pas de ce qui ne te regardes pas. Ce genre de choses arrive tout le temps, ne t’attires pas plus d’ennui que tu n’as déjà.’’ et c’est surement cela que pensait la plupart des gens dans cette pièce et qui n’avait rien fait pour arrêter cet homme.

D’après Eun-Young ce genre d’agressions est extrêmement courante. Elle a entendu ce même genre d’histoire par bon nombre de personnes de son entourage. Quand elle se rappelle de ces voyages dans le bus ou dans les trains Eun-Young a l’impression qu’il n’y a pas un seul homme sur terre à qui elle puisse faire confiance. Comment peut-elle leur faire confiance quand ils voient les femmes seulement comme des corps et qu’ils n’hésitaient pas à la toucher alors qu’elle n’était qu’une enfant . En tant qu’adulte plus elle y pense plus elle ressent la colère monter. De la colère envers elle même pour ne pas avoir résister, et de la colère contre ses hommes qui l’ont touché lorsqu’elle était si jeune. Ces souvenirs ont donné des cauchemars a Eun-Young de nombreuses années.

(Illustration de Choi Seong Guk 최성국)

‘’J’ai la chair de poule dès que je vois un homme.Peu importe leur âge. C’est la seule et unique manière dont j’arrive à les voir…j’ai fait de nombreux cauchemars ou des hommes me poursuivaient.’’ Eun-Young

Pourquoi les Victimes restent silencieuses.

La stigmatisation et le victim-blaming.
Les ‘’Violences Sexuelles faites au enfants’’ n’existent pas en Corée du Nord.

Le stigma social ainsi que la tendance à blamer la victime d’abus sexuel plutôt que l’agresseur sont très fort en Corée du Nord. Même la famille et les amis les plus proches des victimes leur conseillent souvent de rester silencieuses et de ne raconter à personne, y compris aux authorités, qu’ils ont été abusé sexuellement.

Une femme de notre quartier a été violée par 3 soldats. J’ai entendu ce que les gens disaient sur elle. Personne ne parlait de qui étaient ces soldats. On ne parlait que d’elle. ( Dans un tel environnement comment est-ce possible pour les femmes de parler de parler si jamais elles sont victimes (d’abus sexuel)

– Eun-Joo

Les abus sexuels sont tellement acceptés en Corée du Nord qu’ils ne sont même pas considéré comme des actes criminels.

A l’école il n’y a aucune forme d’éducation sexuelle, on ne parle jamais de contraceptions ou de MST. Aucun effort n’est fait pour que les élèves comprennent que les abus sexuels sont des crimes et il est tout a fait intentionnel que ces jeunes restent ignorants.

Encore aujourd’hui les hommes Nord-Coréens ne voient pas les jeunes filles  de moins de 18 ans comme des ‘’mineures’’ et n’ont aucune honte a objectifier leurs corps et a les sexualiser même quand celles-ci sont très jeunes. Le concept visant à protéger la population mineure du pays est complètement inexistant.

La Négligence Envers les Enfants.

Définition de la négligence envers les enfants par l'OMS

L’échec d’un parent ou de l’adulte responsable de fournir à l’ enfant les conditions nécessaires à son bon développement.

Négligence physique

La Négligence physique peut être définie par l’échec par un parent ou de l’adulte responsable de fournir a l’enfant assez de nourriture, des habits, une habitation, de l’attention et d’être incapable de protéger l’enfant contre d’hypothétiques dangers.

Négligence Temporaire
Négligence Permanente

Les parents sont bien souvent retenus hors de la maison pour de longues périodes de temps.

40% de la population est également incapable de manger à sa faim. Les enfants en Corée du nord font donc souvent l’expérience de négligence physique due a l’absence de nourriture.

Il y a certains cas ou les parents abandonnent leurs enfants et les vouent a vivre une existence miséreuse.”

Un déserteur a déclarer qu’il était commun de voir des enfants de tout ages abandonner par leurs parents qui n’ont tout simplement par l’argent pour les élever.

 ‘’On ne pouvait rien y faire. Mon enfant avait 3 ou 4 ans à ce moment la et il n’y avait personne pour le surveiller ou s’occuper de lui.’’ Han So-Young

Négligence Medicale

La négligence médicale est une forme de négligence ou le parent ou l’adulte en charge de l’enfant est incapable de soigner un enfant correctement. Le mettant ainsi en danger . La Sécurité sociale existe en Corée du Nord mais est bien souvent pas assez efficace ou insuffisante.

Il est commun que les élèves Nord Coréens doivent performer des taches manuels éreintantes comme réaliser des travaux agricoles dans un cadre scolaire. Ces travaux sont bien souvent dangereux physiquement et la sécurité des étudiants est très rarement pris en compte. Cette pratique est habituelle pour les professeurs Nord-Coréens.

Beaucoup d’enfants se blessent en Corée du Nord a cause d’une activité physique trop importante , surtout quand il s’agit d’activité sportive. Les activités sportives sont très importantes en Corée du Nord et font partie de la propaganda du régime, il est tout a fait enfant se préparant pour le Festival Arirang puisse s’évanouir d’épuisement car ton entraînement était trop intensif.  Certains enfants sont mêmes mort a cause d’un entrainement ou de l’absence de médicaments.

L’éducation

Travail des enfants
Les Entrainements

Students spending time outside of school during school time often, because children are used for child labor.

According to the defectors, laborers during school time are legal as long as the students are being fed the minimum of rice and vegetables. Students are often overworked.

D’après le Comité d’Information des Nations Unies les étudiants Nord-coréens passent beaucoup de temps a pratiquer une activité sportive qui sont souvent obligatoires si l’étudiant participe a des événements comme pour les jeux de Masses

Pour préparer les jeux de Masses il est tout a fait normal de manquer 4 à 6 mois d’école et de se consacrer totalement a un entrainement très éprouvant physiquement.

(Illustration de Dominic Bugatto)

Négligence Emotionelle

Il est très commun qu’une victime d’harcèlement ou de bizutage soit blâmé en Corée du Nord . Ce Victim Shaming crée une négligence émotionnelle de la part de la famille et de l’entourage de la victime. Les enfants ont alors l’impression qu’on ne se soucie absolument pas d’eux et sont incapables de recevoir du réconfort de la part d’un adulte responsable. Tout comme les victimes d’abus sexuel. Ce silence pesant crée un véritable trauma émotionnel.

‘’Lorsque l’élève qui n’avait pas eu d’assez bon résultats est arrivé en classe ses camarades l’ont chassé et lui ont dit de partir. Un lien fort existait entre ces étudiants et le professeurs ce qui a encore mis plus de pression a cet élève.’’

Kim Hak-Chu

Les Abus Psychologiques

Définition d'un abus psychologique par L'OMS

Les abus psychologiques sont des actes causant a l’enfant des troubles mentaux et morals ou qui puissent endommager son développement social. Cela comprend mais ne se limite pas à restreindre la liberté de circulation de l’enfant, à l’humilier ou le discriminer.

La Violence sur soi-même

Le stress psychologique et/ou émotionnel est généralement causé par d’autres types d’abus (physiques, sexuels ou négligence), ces troubles si ils ne sont pas traités s’aggravent généralement avec le temps qui passe. L’état mental d’un  enfant n’étant pas capable de comprendre et d’accepter ses émotions peut se détériorer rapidement et donne souvent lieu a d’important troubles psychologiques.

L'Anxiété et la Dépression
Les Tentatives de Suicide

L’Etat ne propose aucune aide aux victimes d’abus et n’essaye absolument pas de comprendre et de répondre aux besoins psychologiques des enfants. L’isolation et la peur au quotidien peuvent très rapidement se transformer en trauma ce qui empêche même certains enfants de dormir.

Dans les situations les plus extremes la violence sur soi—même peut aller jusqu’aux tentatives de suicide. De nombreuses tentatives de suicide serait perpétrer par des enfants souffrant de handicap. Rejeté par la société et le regime car étant incapable de performer selon le standard du gouvernement , ces enfants meurent souvent avant de devenir majeur.

’Les parents n’avaient aucune reaction lorsque leurs enfants s’entrainaient pendant de longues heures ou qu’ils subissaient un châtiment corporel. Il n’était même pas possible pour un enfant d’imaginer expliquer que la situation ne leur convenait pas.’’

 Kim Yeon-Ri

‘’La seule façon de vivre pour les personnes souffrant de handicap est de rester chez leur mère en attendant la vieillesse et la mort. Mais j’ai rarement vu des personnes handicapés vivre vieux. Ils meurent toujours avant. Ma Belle soeur s’est suicidé après que nos parents se soient séparés. Elle avait 19 ans.’’

Lee Hee-Eun

La Violence Interpersonelle

L'Entourage de l'enfant
la Communauté de l'Enfant

Il s’agit d’une certaine façon de la pire des violences car elle est infligée par l’entourage direct de l’enfant qui est pourtant censé l’aimer et le protéger. Les répercussions d’une tel violence sont souvent très graves et causent beaucoup de stress à l’enfant.

Les professeurs ont souvent des comportements violents envers les enfants et exerce cette violence en punissant et en contrôlant l’enfant. Il n’est pas rare pour un professeur de battre un enfant afin de le discipliner. Les professeurs encouragent également une forme de compétition entres élèves ou les plus mauvais à l’école deviennent alors ‘’des pariahs et sont rejetés par le groupe.’’  Cette pression exercé par le professeur et souvent aggravé par celle des élèves eux-mêmes.

La Violence Collective

La Violence Collective fait référence a la violence perpétrer par un large groupe d’individus, cela peut inclure les camarades de classe d’un enfant, l’école elle-même ou bien la société entière.

Violence Sociale
Violence Politique

Les agressions verbales collectives sont malheureusement quotidiennes en Corée du Nord. Ce genre de comportement de groupe s’est banalisé grace à la pratique de sessions de critiques de groupes ce qui laisse souvent des traces psychologiques indélébiles sur les enfants. Les victimes de ses insultes ont alors tendance à s’isoler du reste de leur communauté ce qui les désavantage encore plus au sein de la société Nord-Coréenne

Les exécutions publiques sont très efficace pour rappeler au Nord-Coréens ce qu’il se passerait si jamais ils décidaient de s’opposer au régime. Ces exécutions d’une violence extrêmes ont évidemment causer des dommages psychiques irréparables aux enfants forcer de les regarder.

 

‘’10 hommes ont fusillés 4 rangs de condamnés à mort, il y avait du sang de partout. J’ai vu les condamnés s’effondrer. C’était difficile de manger quoi que ce soit ce jour là.’’

Kim Jin-Joo

Téléchargez notre rapport pour en apprendre plus sur La violence faite aux enfants en Corée du Nord (En Anglais).